POLITIQUE 0
du 1er au 3 octobre 2010
Espace Niemeyer
2, Place du Colonel Fabien - Paris 19e
Entrée libre
 

EXPOSITION / EXHIBITION

CONFERENCES-PERFORMANCES

PROJECTION VIDEO / SCREENING PROGRAM

ATELIERS / WORKSHOPS

DOCUMENTATION

EXPOSITION / EXHIBITION
Ven./Fri. 1 Oct. 18:00 - 23:00
Sam./Sat. 2 Oct. 11:00 - 23:00
Dim./Sun. 3 Oct. 11:00 - 19:00


[V]ote-Auction
Bringing capitalism & democracy closer togehter!

UBERMORGEN
in collaboration with: Idea by James Baumgartner
Installation, 2000-2006. [+]
LE DISPOSITIF
Pacôme Thiellement et Thomas Bertay
Programme d'orientation, d'explicitation et de conditionnement, 2010. [+]
Pâté de campagnes
Samon Takahashi
Audio, 2007. [+]
Tribute to Courbet
Société Réaliste
Tribute, 2010. [+]
Visuels Numériques du Liban

Ricardo Mbarkho
Images numériques, Juin 2008. [+]
Siège (planches climats contre architectures)
Benoît Durandin et Alexandre Xanthakis
Impressions, 2010. [+]
Paris _____as seen on Google_ ___R(o)N______D(o)S______________
JODI.ORG
Installation Vidéo, 2010. [+]
Spot Electorales
Le spectacle de la démocatie

Jorge Luis Marzo & Arturo Fito Rodríguez
Publication, 2008. [+]
Political Advertisement VI, 1952 - 2008
Antoni Muntadas & Marshall Reese
Vidéo, 2008. [+]





[V]ote-Auction
Bringing capitalism & democracy closer togehter!

UBERMORGEN
in collaboration with: Idea by James Baumgartner(AT/CH/USA)
2000-2006
Installation



--en--

Credit : James Baumgartner, Tilmann Singer, Aaron Kaplan, Silver Server, lo-res.org, Oskar Obereder, Christoph Johannes Mutter, hell.com, Bootlab Berlin, Domenico Quaranta

With a project like [V]ote Auction, it is hard to avoid hyperbole. After all, very few artists can boast a debut work thatgarners a half hour programme on CNN. [V]ote Auction pulled it off, as the most successful application of UBERMORGEN.COM’s concept of “Media Hacking”: a “massive intrusion into mass media channels”, using standard technologies accessible to all, thus gaining access to a vast audience at a relatively low cost and a good story. A combination of swift action, sheer audacity, endurance and a communications strategy that cuts both ways gave rise to one of the most spectacular media performances since the days of Orson Welles . That a “maverick Austrian businessman” (as UBERMORGEN.COM’s Hans Bernhard was described by CNN) had the audacity to meddle with their electoral system was pure madness. The site indeed offered American voters the opportunity to “profit from your election capital by selling your vote to the highest bidder”. Voters could register to auction their vote, while candidates and corporations could register to bid. The election in question was clearly that of 2000, which was due to end on 7 November, with the victory of one of the two main candidates, the Republican George W. Bush or the Democrat Al Gore. In the space a few weeks, there was a media explosion. UBERMORGEN.COM was doing an average of 30 telephone interviews and 15 by email a day. Various states issued temporary restraining orders or injunctions for alleged illegal vote-trading. While these injunctions had no validity outside America, they led to the closure of the site, which then rose from its ashes under a variety of domains: vote-auction.com, vote-auction.at, vote-auction.net. Federal Attorney Janet Reno, the FBI, the NSA and the CIA started investigating the case to ensure the integrity of the voting process.
URL: http://www.vote-auction.net/ Archive (Legal Docs, Logfiles, Press, Emails): http://www.vote-auction.net/ARCHIVE/

UBERMORGEN.COM (AT/CH/USA, *1995)
UBERMORGEN.COM is an artist duo created in Vienna, Austria, by lizvlx & Hans Bernhard. Behind UBERMORGEN.COM we can find one of the most unmatchable identities – controversial & iconoclastic – of the contemporary European techno-fine-art avant-garde. Their open circuit of conceptual art, drawing, software art, pixel painting, computer installations, net.art, sculpture & digital activism (media hacking) transforms their brand into a
hybrid Gesamtkunstwerk. The computer & the network are (ab)used to create art & combine its multiple forms. the permanent amalgamation of fact & fiction points toward an extremely expanded concept of one’s working materials that for UBERMORGEN.COM also include (international) rights, democracy & global communication (input-feedback loops). “Ubermorgen” is the German word both for “the day after tomorrow” & “super-tomorrow”. http://www.UBERMORGEN.COM


--fr--

Credit : James Baumgartner, Tilmann Singer, Aaron Kaplan, Silver Server, lo-res.org, Oskar Obereder, Christoph Johannes Mutter, hell.com, Bootlab Berlin, Domenico Quaranta

[V]ote Auction est un site Web qui a offert aux citoyens américains la possibilité de vendre leur vote présidentiel au plus offrant lors de l'élection présidentielle 2000, Al Gore vs GW Bush. Le site a été conçu par l'étudiant James Baumgartner, puis vendue à la société autrichienne d'artistes Hans Bernhard (fondateur de Etoy) et de Lizvlx UBERMORGEN.COM en Autriche et (V) Ote-Auction Inc à Sofia / Bulgarie [une filiale du groupe UBERMORGEN.COM] pour un montant non divulgué. Plusieurs États américains (Missouri, Wisconsin, Chicago, Arizona, Nevada, Californie, Massachusetts, New York) ont attaqué le projet pour vote illégal. Cela a conduit à la fermeture de 2 domaines (voteauction.com et vote-auction.com). Le procureur fédéral Janet Reno, le FBI et la NSA ont instruit l'affaire pour assurer l'intégrité du processus de vote le 7 novembre, 2000.
[V]ote-auction est l'une des oeuvres les plus risquées et paradoxalement ayant remporté le plus grand succès dans l'ensemble des pièces de UBERMORGEN.COM: elle est «la seule plate-forme au monde à fournir au consommateur final un rôle efficace dans l'industrie de l'élection américaine». Un véritable système d'échange qui permet finalement de "rapprocher le capitalisme et la démocratie".
[V]ote Auction a été exposé au Musée d'Art Contemporain Aldrich 2001, The Premises Galerie Johannesburg en 2002, Musée d'Art Contemporain de Barcelone 2003, Read_me 2,4 Helsinki 2003, Konsthall Malmoe 2004, Kunsthaus Graz 2004, Lentos Museum of Modern Art 2005, Ars Electronica 2005 et ARCO de Madrid 2006. UBERMORGEN.COM reçu un Prix de distinction du Prix Ars Electronica 2005 pour Voteauction.
http://www.vote-auction.net/ Archives : http://www.vote-auction.net/ARCHIVE/

UBERMORGEN.COM (AT/CH/USA, *1995)
Créé à Vienne (Autriche), Übermorgen est composé du duo Hans Bernhard et LIZVLX, figures centrales du net art en Europe. Derrière Übermorgen, se trouve l'une des personnalités les plus incomparables - controversées et iconoclastes - de la techno artistique européenne contemporaine avant-gardiste. L'œuvre d'Übermorgen.com est unique, non pas à cause de ce qu'ils font, mais par le comment, quand, où et pourquoi ils le font. L'ordinateur et le réseau sont (ab)usés pour créer de l'art et combiner ses multiples formes. La fusion permanente de faits et de fictions vise un concept élargi du matériel de travail, qui, pour Übermorgen, inclut également les droits (internationaux), la démocratie et la communication mondiale (boucles imput-feedback). En allemand " Übermorgen " veut dire " après-demain " ou " super-demain ". Leur travail a été primé plusieurs fois à Ars Electronica, ainsi qu'à la Transmediale et à Viper. Ils sont notamment exposé au Musée d'art contemporain de Tokyo, C3 Budapest, SFMoMa, Arco Madrid, Kunsthaus (Graz), Kunstlerhause (Vienne), iMAL (Bruxelles), Art Fair (Bâle), PAN I Palazzo delle Arti (Naples), Biennale de Sydney, Transmediale 08 (Berlin), au New Museum/Rhizome (New York), à la Biennale of the End of the World (Ushuaia, Argentine), au Laboral (Gijón), au Moca (Taipei), au NTT ICC (Tokyo), Ars Electronica (Linz). Übermorgen a reçu en 2008 le prix Arco-Beep.
http://www.UBERMORGEN.COM


http://www.vote-auction.net/


LE DISPOSITIF
Pacôme Thiellement et Thomas Bertay(FR)
2010
Programme d'orientation, d'explicitation et de conditionnement



--fr--
Le Dispositif est un programme vidéo d’orientation, d’explicitation et de conditionnement composé de 52 films de durée variable.

Conséquence paradoxale de la globalisation, la fragmentation interne à l’humain est un processus s’étalant tout au long des temps modernes. Ce phénomène est couramment rapproché par les spécialistes de l’Inde, de l’ère de la déesse Kali (Kali Yuga). Ils peuvent y voir se manifester une forme d’auto-anthropophagie passant le plus souvent par la découpe de soi-même en objets-fétiches.

Les symptômes sont nombreux : Développement pandémique des personnalités multiples, projets de tabula rasa psychologiques du Dr. Cameron, apparition chaotique et simultanée des serials killers et des chaînes de restauration rapide, ou encore l’ubiquité métastatique des stars qui ne savent plus très bien où leur être se trouve lorsque les plus brillantes d’entre elles se posent encore la question (dans des affiches, des téléviseurs, des cerveaux humains ou des disques durs ?)

Dans le monde contemporain, un homme n’apparaît jamais que par morceaux. Le Dispositif produit un courant électrique qui se propose de réagencer les morceaux d’hommes dans l’objectif de faire naître en eux des zones de bifurcation psychique. Le projet d’un « homme reconstitué » a maintes fois été évoqué dans l’Histoire : il serait le fait de la voix divine bicamérale – représentée tour à tour par le visage du Renard, du Papillon et de l’Hippocampe – et celle-ci s’épiphaniserait sous la forme des Hommes-Oiseaux, lointains représentants d’une humanité de souche aux origines mal établies (Fravartis mazdéens, Anges, Extraterrestres ?)

Partant du principe que toute information est pollution, les mises en perspective opérés par Le Dispositif renforcent chez son spectateur ses défenses immunitaires pour affronter les vagues successives de chaos et de dislocation à venir.

Le Dispositif est produit par Sycomore Films - www.sycomorefilms.com

Pacôme Thiellement est né en 1975. Il a écrit des livres d'inspiration théophanique, herméneutique et burlesque, sur les Beatles (Poppermost, MF, 2002), Frank Zappa (Economie Eskimo, MF, 2005), la bande dessinée (Mattt Konture, L'Association, 2006), Gérard de Nerval (L'Homme électrique, MF, 2008), Led Zeppelin (Cabala, Hoëbeke, 2009), Twin Peaks (La Main gauche de David Lynch, P.U.F., 2010) et termine en ce moment Les Mêmes yeux que Lost, à paraître en 2011 aux éditions Léo Scheer. Il a co-réalisé des films d'orientation et de conditionnement avec Thomas Bertay, réunis sous le nom générique du Dispositif (Sycomore Films) et participé aux collectifs SPECTRE et L'Eprouvette. Il travaille en ce moment sur le Roi du Monde, les Bohémiens, les magnétophones humains, la Grande Note, Hollywood, Alfred Jarry, les hippocampes, les freaks.

Thomas Bertay est le fondateur de la maison de production Sycomore films créée en 1999. Producteur et vidéaste, il collabore à de nombreux films (fictions, documentaires, art vidéo). Il co-produit et signe le montage du dernier film de Nico Papatakis, Gloria Mundi qui sort en 2005. Il a également travaillé avec les réalisateurs et artistes François Lunel, Mickael Raeburn, Jean-Jacques Beineix, Valérie Pavia, ZEVS, Philippe Meste, Nicolas Nakamoto, Reine Graves, Aude Py, Sébastien Jamain… Il a co-réalisé et produit de nombreux films expérimentaux avec l’écrivain Pacôme Thiellement (dont la série de films Le Dispositif). Parallèlement a ses activités, il est en charge de la rubrique Médias dans la revue Musica Falsa dirigée par Bastien Gallet entre 1998 et 2002, et auteur de plusieurs courts essais dans la revue d’Art et Littérature Spectre entre 1999 et 2002.


http://vimeo.com/channels/ledispositif


Pâté de campagnes
Samon Takahashi (FR)
2007
Audio



--fr--
Pâté de Campagnes [Programmes et Danses de Politique Totale]
Samon Takahashi, 2007
audio, 31 min 35 sec

dans le cadre de l'exposition 'je m'croyais déjà', Passage de Retz, 2007
cur. Pierre Leguillon

Montage sonore à partir des chansons de campagnes présidentielles :

Parti Socialiste - Changer la vie , Mikis Théodorakis, 1977, 3’57’’
Parti Communiste Français - Forgeons notre parti, 1980’s, 3’14’’
Parti Socialiste - Mitterrand Président, 1981, 2’45’’
Rassemblement Pour la République - Jacques Chirac Maintenant, 1988, 3’38’’
Union pour la Démocratie Française - Un pays aux couleurs de la vie, 1995, 1’28’’
Front National - Avec Jean-Marie, je n’ai plus de peine, Isabella Imperatori, 1997, 3’34’’
Union pour le Mouvement Populaire - Mon pays France, David Limon, 2005, 4’05’’
Parti Socialiste - Strauss-Khan y va gagner, 2006, 2’56’’
Parti Socialiste - Ségolène tout pour plaire, 2007, 3’34’’
Union pour la Démocratie Française - Rock VGE, par Marianne, 1981, 1'56"


Tribute to Courbet
Société Réaliste (Paris / France)
2010
Tribute



Société Réaliste is a Parisian cooperative created by Ferenc Gróf and Jean-Baptiste Naudy in June 2004. It works with political design, experimental economy, territorial ergonomy and social engineering consulting. Polytechnic, it develops its production schemes through exhibitions, publications and conferences. Société Réaliste is represented by Galerie Martine Aboucaya (Paris) and Kisterem (Budapest).

--fr--
A propos de "Tribute to Courbet"

Le 16 mai 1871, un groupe de communards, sous l'inspiration de Gustave Courbet, s'en allèrent détruire la colonne Vendôme, érigée en 1810 sur le modèle de la colonne de Trajan pour commémorer l'impérialisme napoléonien. Une fois la Commune "pacifiée" par l'armée gouvernementale française, Courbet, en tant que concepteur de cet acte, fut condamné par un tribunal républicain à rembourser les frais de reconstruction de la colonne sur une période de 30 ans. Il mourut le 31 décembre 1877, juste avant de commencer à payer sa première créance. Avec "Tribute to Courbet", Société Réaliste se propose de racheter cette dette.

Société Réaliste est une coopérative artistique créée par Ferenc Gróf et Jean-Baptiste Naudy en 2004, développant plusieurs recherches parallèles sur les modèles de marketing et l’économie de l’art, les institutions européennes et leur politique d’immigration, la politique de l’espace, les institutions et l’histoire de l’art. Société Réaliste est représenté par la galerie Martine Aoucaya (Paris).

http://societerealiste.net/


Visuels Numériques du Liban

Ricardo Mbarkho (Beyrouth / Liban)
Juin 2008
Images numériques



--en--
A series of digital images rendered from text files.
"Digital visuals from Lebanon" is a series of digital images based on the numerous agreements signed by the Lebanese State since the independence of Lebanon. In order to obtain these images, the artist uses the capacity of the computer to render the files containing the texts of these agreements as if they were image files. The computer calculated the binary code of each text file and generated the corresponding image.
The series comprises images of binary codes of these texts: Lebanon Constitution; The Cairo Agreement. November 3, 1969; The National Pact. 1943; The Tripartite Agreement. December 28, 1985; The Taef Agreement. September 1989; The Doha Agreement. May 21, 2008; Lebanon-Syria Treaty of Brotherhood, Cooperation, and Coordination. May 20, 1991; the word "Lebanon" itself.

Ricardo Mbarkho is an artist and lecturer. He was born in Beirut, Lebanon, in 1974. In his work, he often uses new media to tackle questions mainly related to humain belonging and communication issues within the socio-political sphere.

His work is presented in several festivals et exhibitions (Lebanon, Austria, Germany, Bosnia-Herzégovina, Egypt, Spain, France, Italy, Morocco, Tunisia…), where he regularly gives lectures.

Ricardo Mbarkho received his Art Diplomas from Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts and Ecole Supérieure d’Etudes Cinématographiques, Paris, France and from Institut Supérieur des Beaux-Arts, Beirut. He also completed an exchange study program at Carnegie Mellon University, Pittsburgh, PA, USA. He teaches art, video, and new media at the Académie Libanaise des Beaux-Arts, Beirut. Currently, he lives and works in Lebanon and France.


--fr--
Une série d’images numériques calculées à partir de fichiers texte.
Une série de 8 images numériques faites à partir de multiples accords conclus par l’Etat libanais depuis l’indépendance du Liban, de 1943 jusqu’à nos jours. Pour réaliser ces images, l’artiste a "forcé" un ordinateur à lire les fichiers contenant les textes de ces accords comme si ils étaient des fichiers contenant des images. Le résultat de la lecture du code binaire de chaque fichier texte a généré l’image équivalente.
Dans la série, on trouve des images issues des codes binaires de ces textes : La constitution du Liban; L’accord du Caire. 3 novembre 1969; Le pacte national. 1943; L’accord tripartite. 28 décembre 1985; L’accord de Taef. Septembre 1989; L'accord de Doha. 21 mai 2008; Liban-Syrie traité d’amitié, de coopération et de coordination. 20 mai 1991; Le mot "Lebanon" lui-même.

Ricardo Mbarkho est artiste et enseignant. Il est né à Beyrouth en 1974. Il enseigne l’art à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts, Beyrouth. Dans son travail, il utilise souvent les nouveaux médias pour questionner l’environnement sociopolitique en rapport surtout avec l’identité et la communication.

Ses œuvres sont présentées dans de nombreux festivals et expositions (Liban, Autriche, Allemagne, Bosnie-Herzégovine, Egypte, Espagne, France, Italie, Maroc, Tunisie…), où il y tient aussi régulièrement des conférences.

Ricardo Mbarkho est diplômé de l’Institut National Supérieur des Beaux-Arts de Beyrouth. Il poursuit ses études aux Etats-Unis (Carnegie Mellon University) et en France où il obtient le diplôme de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et le diplôme de l’Ecole Supérieure d’Etudes Cinématographiques. Actuellement il vit et travaille au Liban et en France.


http://www.ricardombarkho.com/


Siège (planches climats contre architectures)
Benoît Durandin et Alexandre Xanthakis (FR/EL)
2010
Impressions



--fr--
Scénario
Deux éléments physiques se trouvent mis en tension : les tours d’un quartier d’affaires aux prises avec des turbulences climatiques. D’un côté des monades, de l’autre un modèle dynamique et sujet à l’instabilité.

Ces deux éléments sont utilisés de façon récurrente et omniprésente dans la fabrication des discours que ceux-ci soit médiatiques, politiques, économiques.

Leurs modes de représentations sont communément acceptés comme rationnels et scientifiques. Et la valeur qui en est donnée et propagée par les différents médias et organes de communication est celle d’une vérité objective, universelle et reproductible.

Ils relèvent en fait d’une réalité idéale (ou idéalisée), les paramètres utilisés pour leurs modélisations et leurs matérialisations ne répondant qu’à un nombre de critères réduits et parfaitement définis.

Si nous voulions que ces modèles soient parfaits, il faudrait prendre en compte l’ensemble des paramètres qui les définissent, ce qui nous conduirait à devenir le démon de Laplace et connaître toutes les forces en présence à un instant « T». Cela nécessiterait une puissance de calcul et une consommation d’énergie qui excéderait la totalité des ressources disponibles sur la Terre.

Les tours en plus d’être des concentrés de pouvoir, de puissance politique et financière, sont les outils de fabrication des discours nécessaires au maintien des activités qu’elles abritent. Si ce sont des éléments grégaires, elles ne communiquent pas pour autant entre-elles (ou alors comme autant de miroirs pourraient le faire) ou avec les environnements dans lesquels elles se trouvent. Les externalités ne sont pas non plus leurs affaires, que celles-ci soient climatiques comme dans le cas présent, mais aussi sociales ou culturelles. Elles ne répondent que des éléments dont elles croient directement dépendre.

Les outils de modélisation et simulation quant à eux, ont pris une importance considérable avec l’émergence des problématiques liées aux changements climatiques à venir. La valeur de leurs modélisations ne repose néanmoins elle aussi que sur des modèles idéaux et incomplets, capables de dégager des grandes tendances et des moyennes. Les singularités et variations y étant soient exclues, soient minimisées. C’est d’ailleurs en dégageant les différents grands scenarii probables que les climatologues cherchent aujourd’hui à anticiper les changements à venir, et non pas en effectuant des simulations qui auraient la prétention d’être exactes.

Nous avons extraits de nos recherches en cours une série de dessins. Avec en tête qu’un quartier comme celui de la Défense par exemple, ne prenait pas en compte, jusqu’à très récemment, l’incidence que pouvait avoir la construction de nouvelles tours sur la circulation des vents à la surface de sa dalle, avec les multiples effets indésirables que l’on peut constater en y allant. Cette série expose différents états de simulations que nous avons découpés à la façon de planches anatomiques.

Benoît Durandin, architecte, et Alexandre Xanthakis, designer, vivent et travaillent à Athènes. Ils travaillent actuellement aux moyens d’optimiser la ventilation naturelle des espaces habités à travers les algorithmes génétiques.


Paris _____as seen on Google_ ___R(o)N______D(o)S______________
JODI.ORG (NL/BE)
2010
Installation Vidéo



--en--
JODI explores the relations between the world we build through the Internet and the one based on our past mental and physical maps. Services such as GoogleMaps have changed radically our worldview by making the Globe accessible as a commercial multi-user surface. Mapping these online geometrical constructs to reality and vice versa, overlaying their figures as jogging paths, The 'Parc Royal' of Brussels (Warande Park) becomes an INFO Park revealing symbols and mysteries of the capitale of Belgium and Europe, amplifying or deconstructing them through an intricate web of data and associations.

For centuries, geometry has been overloaded with symbols, starting from pure mathematical objects to esoteric and mystic signs, hiding in complex figures meanings to be revealed to the gurus, the persons in the know or the psychedelic explorers. Geometrical shapes and lines were drawn on the territories, the cities, the architectures and the monuments or the crop fields. The Royal Parc of Brussels is a well known example with its triangle + circle = Masonic compass. JODI is connecting this long tradition of tracing geometry on the ground with the new geometries one can draw on the surface of the Earth as proposed by online tools such as Google Maps and Google Earth. Of course, the duo of artists draws in a pure JODI style: hectic and free traces resulting from extreme coding and hacking. As they always did since their first web pages in 1995, JODI uses the codes of Internet (e.g. html) and the codes inside the computers (binary) as their artistic material. They paved the way for Net Art and renewed Computer Arts as much as Nam June Paik opened new fields for video art. But the work of JODI plays also with the processes of coding/decoding, of deciphering cryptic data in a chaotic surface. Messages are hidden, only visible to the ones who will dare to dig into the code (wwwwwwwww.jodi.org). In the exhibition GEOGOO (Info Park), many things can be constructed into meanings, it just depends on you and your capacity to disconnect and reconnect: the radial glimpses of the sunshines in the video, the 3 DJ turntables laid on a perfect triangle at the visitor's disposal (backmasking!), the jogging walks through Brussels roundabouts. And if you can not reconfigure, just contemplate, it is beautifully rewarding.

JODI
Jodi's work (www.jodi.org), the pioneer belgian/dutch duo of Net Art (Joan Heemskerke/NL - Dirk Paesmans/BE), has been included in many international exhibitions and festivals: Documenta X in 1997, Rotterdam (DEAF98), ZKM (net_condition, 2000), Tokyo (2001, 2002), Madrid (Arco/De-game, 2001), Berlin (Transmediale: 1997, 2000, 2002, 2006), New York (1997, 2003, Guggenheim/2004, 2005, 2007), Chicago (ISEA97), Plug-In (Basle, 2002), Paris (Centre Pompidou/2003, 2004, 2006), SFMOMA (San Francisco, 2004), Montevideo (Amsterdam, 2006), or more recently at the Stedelijk Museum (Amsterdam)


--fr--
JODI explore notre représentation du monde à l'ère d'Internet et de Google. Des services tels Google Maps ont changé radicalement notre perception en transformant la Terre en une immence surface commerciale. En projetant les constructions géométriques de ces outils en ligne dans la réalité et inversément, en superposant leurs grilles de lectures et balises comme des chemins de jogging, le Parc Royal de Bruxelles devient le point de départ d'une dérive symbolique et mystérieuse dans un réseau d'associations amplificatrices et déconstructivistes traversant la capitale de l'Europe, la Belgique, l'espace des réseaux et des données.

Depuis des siècles, la géométrie a été chargée de symbolisme, partant de l'objet mathématique pur jusqu'aux signes les plus ésotériques et mystiques, cachant dans des figures complexes des sens qui ne se révèlent qu'aux initiés, aux voyants ou aux explorateurs psychédéliques. Elle a très tôt investi le territoire, gravant ou traçant ses formes et lignes dans les villes, les architectures et monuments ou les champs de culture. Le Parc Royal de Bruxelles en est un exemple bien connu avec son triangle compas franc-maçon. JODI met en relation cette géométrie tracée depuis très longtemps sur la terre, et celle qu'aujourd'hui les humains posent sur la surface actuelle du territoire, celle qui se construit de l'Internet à travers Google Maps et Google Earth. Et évidemment, les deux artistes créent leurs traces dans le plus pur style JODI, débridé et sans limites, fruit de la terreur du code et du hacking. Comme depuis leurs tous débuts en 1995 avec leurs premières pages web, la matière d'Internet (codes html et codes des machines) est la matière artistique : en ce sens JODI a fait pour l'art d'internet ce que Nam Jun Paik fit pour l'art vidéo. Mais l'oeuvre de JODI joue aussi avec les processus de décodage et codage, de déchiffrage de contenus cryptiques sousune surface chaotique. Les messages cachés sont là, derrière le code dans lequel il faut rentrer pour qu'ils se révèlent (wwwwwwwww.jodi.org). Dans GEOGOO (Info Park), tout est susceptible de construire sens, cela ne dépend que de vos capacités à déconstruire et reconstruire: les scintillements radiaux du rond soleil, les 3 platines rondes de DJ dans un triangle parfait à la disposition des visiteurs (attention au backmasking!), ou encore ce parcours fou de jogging entre les rond-points de Bruxelles. Et si vous ne pouvez reconfigurer, il suffit de contempler, c'est juste rondement beau.

JODI
Le travail de Jodi (Joan Heemskerke/NL - Dirk Paesmans/BE, né à Bruxelles en 1962, études à Sint-Lukas puis Jan Van Eyck Academie, Maastricht; vivent et travaillent à Dordrecht/NL), duo belgo-hollandais pionnier du Net Art et des modifications artistiques de jeux vidéo, a été montré dans un grand nombre d'expositions et festivals internationaux: Documenta X de 1997, à Rotterdam (DEAF98), au ZKM (net_condition, 2000), à Tokyo (2001, 2002), à Madrid (Arco/De-game, 2001), à Berlin (Transmediale: 1997, 2000, 2002, 2006), à New York (1997, 2003, Guggenheim/2004, 2005, 2007), à Chicago (ISEA97), à Plug-In (Bâle, 2002), à Paris (Centre Pompidou/2003, 2004, 2006), au SFMOMA (San Francisco, 2004), à Montevideo (Amsterdam, 2006), ou tout récemment au Stedelijk Musem dans le cadre de 'Deep Screen, art in digital culture' en vue des acquisitions 2008 du musée d'Amsterdam.in the 'Deep Screen - Art in Digital Culture Proposal for Municipal Art Acquisitions 2008'.


http://wwwwwwwww.jodi.org


Spot Electorales
Le spectacle de la démocatie

Jorge Luis Marzo & Arturo Fito Rodríguez(ES)
2008
Publication



--en--
- Presentation of the publication linked to the exhibition which took place at Palau de la Virreina, Barcelona, sept. 2008 -

Idea original y dirección del proyecto: Jorge Luis Marzo, Arturo “Fito” Rodríguez Coordinación de producción: Montse Casanovas, Ana Jiménez Documentalistas: Ester G. Bustos, Tessa Smit, Marta Solano, Miquel Àngel Fumanal Edición audiovisual: Cristina Arrazola-Oñate Diseño gráfico: Lourdes Soto Diseño de montaje: TAT - Espais per a la cultura Producción interactivos: Iñaki Amurrio y Benecé Produccions S.L. Coordinación de comunicación: Ana Álvarez

Con motivo de la exposición, la editorial Turner publicará un libro que incluirá el polémico diario personal de Roberto Alfa, uno de los más conocidos directores de campaña electoral, asesinado en Guatemala a principios de 2008, junto a un ensayo interpretativo del mismo.
La publicación está disponible en dos ediciones, una en catalán e inglés, y otra en castellano e inglés. Además contiene 4 DVDs de doble capa (PAL, NTSC) con una selección de 290 spots. Incorpora traducciones en castellano, catalán e inglés.

--fr--
-Présentation de la publication qui a accompagné l'exposition Spots Electorales qui s'est tenue au Palau de la Virreina à Barcelone, en septembre 2008 -

Spots Electorales est un projet d'investigation et une installation à propos de la publicité électorale à la télévision et sur internet, du monde entier, de 1989 à 2008.

Spots Electorales se déploie et se divise en plusieurs espaces constitués de moniteurs ou de projections. L'installation comprend environ 300 spots électoraux classés et répartis entre ces différents espaces. La collection complète rassemble quant à elle plus de 2800 spots électoraux et pourra être accessible dans l'espace de documentation, sur un poste de consultation.

La répartition spatiale des spots se fait selon différents codes narratifs: l'incitation au vote, la patrie, la catastrophe, les difficultés, les larmes, l'opposition, la fiction, l'animation, le musical, la parodie, la télévision, les séries. D'autres sections proposent des lectures comparatives entre diverses campagnes. Cette partie est intitulée: les jumeaux et les opposants. Enfin, une autre section rassemble divers documentaires portant sur le monde de la campagne électorale dans diverses parties du monde.

Les pays représentés sont les suivants: Allemagne, Andorre, Argentine, Arménie, Australie, Autriche, Belgique, Biélorussie, Bolivie, Brésil, Bulgarie, Canada, Chili, Colombie, Congo-Brazzaville, Corée du Sud, Costa Rica, Danemark, Égypte, Équateur, Slovaquie, Espagne, États-Unis, France, Ghana, Grèce, Guatemala, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Iraq, Irlande, Islande, Israël, Italie, Jamaïque, Japon, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Kosovo, Koweït, Liban, Maroc, Mexique, Moldavie, Nicaragua, Nigeria, Nouvelle-Zélande, Palestine, Pérou, Pologne, Porto Rico, Royaume-Uni, République dominicaine, République tchèque, Roumanie, Russie, Serbie, Suède, Suisse, Ukraine, Uruguay, Venezuela.

La sélection des spots électoraux prend en compte:
- la période 1989-2008;
- les types de campagnes électorales : locales, régionales, nationales, présidentielles, référendums, judiciaires, syndicales, transnationale et internes aux partis; les campagnes institutionnelles présentant des élections ou des référendums et incitant les citoyens à aller voter;
- l'analyse du modèle de la télévision au travers des campagnes politiques;
- l'exploration des mécanismes narratifs des spots électoraux;
- la considération de la publicité comme propagande de basse intensité, et de la propagande comme publicité de haute intensité;
- la télévision comme entonnoir de toute la campagne électorale;
- le recours aux problèmes sociaux représentés dans les campagnes en fonction des pays et des intérêts;
- les stratégies des campagnes dans le temps: l'introduction, le développement et la conclusion;
- pointer des exemples d'autres formes de campagne (les rassemblements, les discours télévisés, les débats...).

http://www.spotselectorales.com/


Political Advertisement VI, 1952 - 2008
Antoni Muntadas & Marshall Reese (Espagne / USA)
2008
Vidéo



--en--
Since 1984 Antonio Muntadas and Marshall Reese make documentaries on the business behind presidential election in the US. They have completed the work and updated it after each election. "Political Advertisement VII" shows advertisement from the 50s to the present, including the 2008 campaign. As one goes along, Muntadas and Reese trace the development of television commercials, the political strategies and manipulative marketing techniques of the televised electoral campaign in the US. "Political Advertisement VII" includes numerous rare commercials, some which have never been aired. Shown without any commentary, this film shows a steady stream of candidates, from Eisenhower to Obama and McCain, sold as a commercial product.

Antonio Muntadas:
In installations, public art projects and video works, Muntadas deconstructs the systems of representation and information that pervade the contemporary "media landscape." Investigating the invisible mechanisms that inform the production and reception of mass media texts, he analyzes the consumption of information and the process by which it is mediated and manipulated for power, propaganda, and profit.
http://www.fondation-entreprise-ricard.com/en/galleries-user-manual/gallery/galerie-gabrielle-maubrie

Marchall Reese:
Marshall Reese is a media artist who is part of the collaborative team Ligorano/Reese. He and his partner Nora Ligorano make work that combines and dissects media and manipulates images from print, television, the internet and radio. Their internet project www.pureproductsusa.com is widely publicized and has drawn much attention from the media.


--fr--
Depuis 1984, Antonio Muntadas et Marshall Reese réalisent des documentaires sur le commerce de l'élection présidentielle aux Etats-Unis. Ils ont complété leur œuvre et l'ont mise à jour à chaque élection. « Political Advertisement VII » présente des publicités remontant des années 50 à aujourd'hui, campagne de 2008 incluse. Au fur et à mesure que Muntadas et Reese retracent le développement des spots télévisés, ce sont les stratégies politiques et les techniques manipulatrices de marketing de la campagne électorale télévisée aux États-Unis qui font peu à peu jour. « Political Advertisement VII » comporte de nombreux spots rares, dont certains n'ont jamais été diffusés. Présenté sans aucun commentaire, ce film montre un flot continu de candidats allant d'Eisenhower à Obama et McCain, vendus à la manière d'un produit commercial.

http://www.eai.org/eai/title.htm?id=3359