Archives par auteur: Julie Morel

Étudiante à l’École des Beaux-Arts de Lyon puis de Paris en section multimédia (atelier de C. Boltansky puis Tony Brown), elle participe ensuite au Master “Atelier de recherches interactives" aux Arts-Décoratifs. Son mémoire de DEA portait sur la poésie liée aux échecs du transcodage, à la lisibilité possible du code informatique dans les projets numériques ayant pour espace l’écran d’ordinateur. ("Coding/Transcoding/Decoding", sous la direction de JL Boissier).Julie Morel a présenté son travail dans de nombreux festivals et espaces d’art internationaux. Elle est membre du collectif incident.net depuis 1998. Chargée de cours Internet à l’école Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris de 2003 à 2005, elle est aujourd’hui enseignante multimédia à l’Ecole des Beaux-Arts de Lorient et artiste invitée à l’école des Beaux-Arts de Rennes (France). Artiste travaillant à partir des pratiques numériques, de la vidéo et du dessin, Julie Morel s’intéresse particulièrement au caractère sensible des technologies, couplage mémoire informatique/mémoire humaine, manques et accidents créés par le transcodage. Ses recherches sont souvent dirigées vers le texte, qu’elle envisage comme une image temporelle et dont elle se sert pour produire des vidéos linéaires et des générateurs de textes dyslexiques, bègue, transformant ainsi le regardeur en lecteur. Elle travaille aussi autour du concept de gen-narration (génération + narration), Dans ce cadre, elle fait souvent appel à des techniques de programmation simples (boucle, aléatoire, variation pour mettre à jour les diverses façons dont le programme et le message généré se connectent sur l’espace de projection qu’est l’écran, qu’elle considère comme un miroir déformant.

En cours

encours2

Je travaille actuellement sur mon nouveau site internet, mise en ligne courant octobre. J’y privilégie les images, et classe mes projets selon 3 entrées :
– Projets (un listing de tous les projets)
– Expositions (dans l’espace d’exposition, dans l’espace d’internet)
– travaux périphériques (commissariat, art graphique, projets collectifs)

encours1

encours4

encours3

encours2

encours6

Neutral Grounds

test

test

Quelques nouvelles du projet « Neutral Ground », que je réaliserai en novembre-décembre à la Nouvelle Orléans.
> Une première image, que j’ai du soumettre à Park & Parkways, l’équivalent de nos services « espaces verts », qui m’ont contacté pour connaitre le contenu du projet. Difficile de « vendre » un projet in situ, de proposer un cadre de travail en fonction du contexte plutôt qu’une pièce déjà conçue à l’avance (j’avais rencontré ce même problème à l’Institut Français pour ma présentation pour les Résidences américaines).
Pourtant, il parait essentiel de passer ce premier mois à la Nouvelle Orléans à comprendre les neutral grounds, plutôt que d’arriver avec une attitude que je qualifierai de colonialisme artistique. Important de connaitre en profondeur les neutral grounds, leur histoire, le contexte contemporain de la ville et de ces espaces, les relations qu’ils « fabriquent » et permettent entre les habitants, utilisateurs (ce sont des lieux publics occupés quotidiennement) et toute la sociologie liée à ceux-ci.
J’ai donc soumis cette photo (texte non contractuel mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire clin d’œil à cet idée de « programme ») pour donner un exemple, spécifiant bien que le projet pouvait changer complétement en fonction des recherches et rencontres sur place.

 

map

> Proposées par le Louisiana State Museum, les 3  possibilités d’implantations de ma proposition sont :
– la zone médiane juste en face du Old US Mint (où se trouve le musée et le collection) sur Esplanade Ave,

espanade1

espanade2

– à quelques minutes de là, celle sur Elysian Fields Ave (les champs Élysées nouvelle-orléannais), au croisement de Decatur, juste à côté du Mississippi.

decatur2

decatur1

– et enfin, un peu excentré (mid-town), mais plus chic : un terrain neutre au croisement de Marconi Dr. près de City Park.

marconi1

marconi2

 

> Quelques images enfin, glanées ses derniers jours sur des projets utilisant de la pelouse ou plantes couvrantes comme matériau.

16
Chilpéric de Boiscuillé, Raphaëlle Chéré & Pauline Szwed

Monel

Jean-Philipe Poirée

luc_boniface
Luc Boniface

sylphesartjardin22
Jean-Philipe Poirée (image avant et après)

enlair
Daniela Borroni, Susanna Rossellini & Simona Venturelli

 

Été

fenetres

deplacer
Des objets fragiles à déplacer

 

panda
Un panda pour débutante

 

ballades
Une belle ballade d’anniversaire

 

fenetres
Des fenêtres envolées

 

ballon
Un ballon abimé

 

tarte
Une tarte au citron cruelle

 

medoc
Amoxicilline, analgésiques, anti-inflammatoires, vasculoprotecteurs, et lait de chienne.

 

chouette2
Chouette-souvenir.

 

Demain, home again.

Terrain neutre / Neutral Ground

ng6

En décembre dernier, je me suis rendue à la Nouvelle Orléans. Je n’y étais pas retournée depuis au moins 20 ans, période où j’allais visiter de la famille pour les vacances d’été. Ça a été pour le moins étrange de me promener dans cette ville, qui paradoxalement me parait à la fois inchangée et transfigurée – une ville où la vie est à la fois dure et douce.
Ce voyage (que j’ai effectué dans le cadre de mon projet de recherche Géographies variables, avec Catherine Rannou, Mélanie Bouteloup, et trois de mes étudiants) a été une première étape pour poser les jalons d’un projet.
Je m’y rendrai donc à nouveau cet automne pour travailler sur cette proposition intitulée Neutral Ground.

 

nola_city
Évolution de la zone urbaine de la New Orleans, de sa création jusqu’à nos jours (avec en noir, le vieux carré)
(Image : Unfathomable City: A New Orleans Atlas, Édité par/Edited by Rebecca Solnit & Rebecca Snedeker).

 

ng
Le neutral ground sur Esplanade Ave. en 1900, avec les lignes de tram /Le neutral ground sur Esplanade Ave. aujourd’hui.

ng2
Le Neutral ground sur Esplanade Ave. aujourd’hui, dans le centre historique.

 

Cette proposition prend comme point de départ un contexte spécifique à Nouvelle Orléans : les neutral grounds. Ces terre-pleins centraux plus ou moins larges, qui séparent les rues en deux dans le sens de la longueur, signalent les limites des différents quartiers juxtaposés.
Ils sont des traces de la colonisation et de l’histoire de la ville : Dans les années 1800, ce sont pour la plupart des canaux de communications fluviales. Ainsi Canal Street – neutral ground encore visible et le plus large de la Nouvelle Orléans – avait été pensé pour accueillir un canal qui ne fût jamais construit mais en a gardé le nom…
Au fur et à mesure de l’urbanisation, ils sont peu à peu remblayés. Les neutral grounds deviennent alors des zones arborées qui séparent les quartiers créoles (Français, Espagnols, gens de couleurs libres) des quartiers Américains après la guerre de sécession, ou les quartiers noirs et blancs.
Ce sont des lieux vivants où au fil du temps se superposent plusieurs fonctions liées à la rencontre et à la circulation.
Ce sont tout à la fois : des lieux de promenade aux abords des quartiers, lieux d’affaires entre les habitants des différents quartiers, lieux d’affrontements effectifs (Duels à Duelling Oaks, durant la période créole) où symboliques (rencontres des Indiens de Mardi-gras depuis la fin des années 1960), et lieu de rendez-vous socioculturels dans les quartier noirs où les gens se réunissent pour jouer de la musique et célébrer les Second Lines, ou enfin des terrains de jeux.
Ce sont tout aussi bien des espaces de circulation : des trains dans un premier temps, puis des tramways. Laissées pour compte après la guerre, ces lignes de tramways connaissent, post-Katrina, un renouveau et il s’opère donc une redéfinition de ces espaces (processus de gentrification et de capitalisation du patrimoine culturelle de la ville).
Enfin, on les utilise ponctuellement comme parking lors des crues et inondations, du fait qu’ils soient surélevés par rapport à la route.
De nos jours, ils sont investis par les communautés qui les bordent et se les partagent. Parfois, ils peuvent aussi constituer une zone de tampon laissée à l’abandon, soit par manque de moyens financiers soit par volonté politique (construction sur le neutral ground de Claiborne, aux abords de Tremé, de l’autoroute Interstate 10 dans les années soixantes).

 

ng3
Vues du neutral ground bordant le quartier de Tremé-Lafitte Neighborhood (Claiborne Ave) en 1900s, et après sa destruction et le passage de l’autoroute I-10 interstate.

 

ng4
Image avant/après du neutral ground de Claiborne Ave., à Tremé-Lafitte.
(Images Wikipedia Creative Commons and Alexey Sergeev).

 

Déroulement du projet

Loin d’être neutres, les neutral grounds restent des marqueurs culturels, sociaux, et raciaux.
Lorsqu’en décembre 2013 je me suis rendue à la Nouvelle Orléans, j’ai constaté que ces neutral grounds étaient de espaces concrets capables d’héberger l’imaginaire. Ils se sont imposés à moi comme des emplacements où l’opposition classique entre espace privé/espace public, espace social/espace de travail pouvait cohabiter, voir se trouvait remise en questions.
Ils sont le moyen d’interroger visuellement les espaces de la ville et les relations de voisinages qui s’y développent, notamment dans le contexte de mutations urbaines post-Katrina. Ce sont des lieux où : « tous les autres emplacements réels que l’on peut trouver à l’intérieur de la culture sont à la fois représentés, contestés et inversés ».

Le projet Neutral Ground propose dans un premier temps une recherche de fond, à la fois sur le terrain et à partir de fonds d’archives historiques (Louisiana Historical Center – Mint, Historic New Orleans Collection). Cette enquête, que je mènerai en octobre-novembre-décembre,  permettra le développement d’une pensée écrite et visuelle, une documentation dont les modalités de restitution sont à inventer et à articuler sur place.
Dans un deuxième temps, cette recherche s’accomplira dans une proposition artistique qui se concentrera sur certains neutral grounds identifiés lors de la première étape. Cette production a pour objectif la réappropriation de ces espaces par les habitants des quartiers concernés, cela par le biais du jardinage. Le jardinage y est envisagé comme un travail plastique, donc comme une vision esthétique et politique de l’espace public.
Un jardin étant toujours une vision du monde, il présente donc un point de vue que le créateur porte sur son environnement. On peut citer pour exemple les différences dans toutes une typologie de formes de jardins : français ou anglais pour parler des plus évidentes, mais aussi différents types/fonctions de cultures (jardin d’agrément ou d’herboristerie par exemple).
L’espace à investir et les modalités de représentation seront la base d’un dialogue qui s’établira entre les habitants et l’artiste, un objet de rencontre concret pour que chacun puisse prendre pleinement conscience des spécificités de ce médium de création qui cristallise un grand nombre d’enjeux sous une forme ouverte, matérielle et vivante.
Enfin, une restitution sera organisée dans l’espace d’exposition du partenaire, soit la Historic New Orleans Collection, soit le Louisiana Historical Center. Elle ne sera pas forcément de type documentaire mais sera une proposition plastique en tant que telle (sa forme reste ouverte et se fixera sur place).
En partenariat avec le Louisiana State Museum, une proposition est mise en place à long terme, pour le tricentenaire de la ville en 2018.

ng5

Les partenaires de ce projet : la collection historique de la Nouvelle Orléans, une fondation privée incroyable dédiée à l’histoire de la ville, et Louisiana State Museum (Le Mint) qui abrite notamment une collection impressionnante liée à l’histoire de jazz.

hnc

mint

Spéculation

1200

Inside the White Cube, Briant O Doherty
Chapître 3 – « Le contexte comme contenu »

« En exhibant l’effet du contexte de l’art sur l’art, l’effet du contenant sur le contenu, Duchamp mit au jour une aire artistique jusqu’alors inexplorée. Cette invention du contexte est à l’origine d’une succession de gestes qui vont « exploiter » l’idée de la galerie comme entité homogène offerte aux manipulations, à la mise esthétique. De ce moment date la perdition d’énergie qui affecte l’art au profit de son environnement. Avec le temps, la mythification de la galerie a crû en proportion inverse à la littéralisation de l’art.
Comme tout geste heureux, les 1200 sacs de charbon de Duchamp ont acquis après coup statut d’évidence. Les gestes sont l’une des catégories de l’invention. On ne peut les accomplir qu’une seule fois, à moins que tout le monde s’accorde pour les oublier. Le meilleur moyen d’oublier quelque chose est de l’assumer ; ce que nous assumons disparaît de notre horizon. Pour ce type d’invention qu’est le geste, c’est le brevet, beaucoup plus que le contenu formel (s’il y en a un) qui importe vraiment. Je pose que le contenu formel d’un geste est son à-propos, son économie, sa grâce. D’une pichenette, il expédie le taureau – l’histoire. Mais il a besoin de ce taureau, parce qu’il opère brutalement un complet changement de perspective sur tout un ensemble de partis pris et d’idées. C’est en cela qu’il est didactique, comme l’a dit Barbara Rose, quoique le mot exagère un peu la volonté d’enseigner. S’il enseigne en effet, c’est par l’ironie et l’épigramme, l’astuce et la provocation. Un geste vous ouvre les yeux. Son effet dépend du contexte d’idées qu’il transforme et met en relation. Il n’est peut-être pas art mais presque-art et il vit d’une presque-vie qui tourne autour et à propose de l’art. S’il rate, il demeurera une curiosité dans une bouteille de formol, si même on s’en souvient. S’il réussit, il entrera dans l’histoire et s’y dissoudra. Il ressuscitera l’orque le contexte, imitant celui dans lequel il est apparu, lui donnera une nouvelle « pertinence ». Etrange histoire que celle du geste, qui toujours s’évanouit et reprend vie.
Le geste de la transposition du sol au plafond peut être réédité désormais comme « projet ». Un geste peut être un « jeune » projet ; mais, plus démonstratif et épigrammatique, il spécule à risque sur l’avenir. Il attire l’attention sur des partis pris invérifiés, des contenus négligés, des failles de la logique historique. Les projets (de l’art à cours terme, destiné à des lieux et à des occasions spécifiques) posent le problème de la survie de l’éphémère – s’il survit. Archives et photographies défient l’imaginaire historique en lui présentant un art qui est déjà mort. Le processus historique est à la fois enrayé et facilité par le retrait de l’original, dont le caractère fictif augmente à mesure que sa vie posthume se fait de plus en plus concrète. Ce qu’on préserve et ce à quoi on permet de disparaître, voila ce qui produit l’idée de l’histoire. Cette forme de mémoire commune propre à chaque époque. Les projets non documentés peuvent survivre à titre de rumeur, et s’incorporer à la figure de celui qui est à leur origine, à charge pour lui d’élaborer un mythe convaincant. »
P99.

1200