Paola Vobaure

"Cette carte postale s'inscrit dans les recherches et le développement de mon travail plastique actuel. Il s'agit ici d'une danse macabre née d'une seule matrice en bois.
Utilisant la technique du gaufrage (réalisé avec une presse à gravure), j’opère un montage et j’isole les fragments de cette danse. L’empreinte du gaufrage sur le papier blanc offre ici une sensation d'absence et de fragilité, à la limite du visible.
Le motif de la danse macabre trouve ses origines à l'époque de la peste ; elle raisonne aujourd'hui et nous rappelle l'intemporalité de la mort."

Cette carte est acompagnée des deux timbres "Bref" et "Pas un pli" de David Poullard & Guillaume Rannou.




Fragmenté
  dansé
   vivant et mort se rejoignent
 dans cette égalité macabre

fragment de danse
fragment de vie

étendu infime d'un moment partager
une respiration, un afflux sanguin
 fragment de peur
  memento mori

fémur, tibia, côtes, vertèbres
se mouvant vers cette fin
    de l'instant

fin commune mais individuelle
dansons future mort de demain

fragment de vie
fragment de danse

le claquement des os
   le mouvement squelettique
 un écho infini dans cette danse sans fin
collectif, collective,

sans âge, sans visage
anonyme commun et universel

fragment dansé
fragment vécut.


© L'artiste



Danse macabre, 2020-2021
Carte postale tirée à 100 exemplaires

Mon travail est anatomique, organique, tantôt ethnologique, tantôt médical ou historique. J'essaie à travers ma pratique de faire du lien entre art et médecine, entre l'organique et le travail plastique.
Dans une dimension presque scientifique, avec des gestes et intentions pragmatiques et simples, je tente d'explorer des faits réels que je traduis plastiquement. Je cherche à mettre en lumière la beauté et les subtilités du corps humain et animal, à magnifier les organes et leurs mécanismes, et leur rendre leurs lettres de noblesse. Certaines de mes pièces questionnent la notion de matière vivante et morte, poussant les frontières, questionnant la nature primaire d'un corps sans vie. D'autres projets interrogent notre appréhension de la mort, les subterfuges que l'humain crée pour essayer de dompter cet événement inaliénable à la vie.
Je m'intéresse également à l'évolution de la médecine tant dans son aspect technique que dans l'évolution de sa représentation au sein de la société. Les épidémies et la danse macabre sont également des sujets et motifs récurant dans mon travail. Je travaille différents médiums mais la gravure sur bois et ses dérivés restent mes moyens de prédilection.


Production


Carte postale 12 x 16 cm. Gaufrage sur papier blanc 280gr.
Suivi de production des cartes :
Paola Vobaure.