Archive annuelles: 2021

Salon des éditions d’art, FRAC Besançon, 23-24 octobre 2021

Je serai le 23 et 24 octobre au Salon des éditions d’art au Frac Franche-Comté, pour présenter et représenter ⌘+P !

Pour cette édition, le réseau SEIZE MILLE invite les éditions Tombolo Presses, Nevers, avec la programmation d’artistes et et de commissaires (performances de Camille Bondon, Gwendal Coulon, Zoé Couppé, lecture de Léna Araguas). Et avec :
. Les Ateliers Vortex, Dijon
. Les éditions horsd’oeuvres, Dijon
. Les éditions Untitled, Dijon
. One+One, Dijon
. Christophe Vaubourg, Besançon
. Le Frac Franche-Comté, Besançon
. Les éditions Gasoline, Besançon
. Les éditions Juste Ici, Besançon
. Tank Atelier, Besançon
. Superseñor, Besançon
. La Fraternelle – Saint-Claude
. Les éditions Hyphe – Dole
. Ravisius Textor – Tombolo Presses, Nevers
. Ctrl+P (⌘+P), Briant
. Les commissaires anonymes, Cluny-Bruxelles
. Hors Cadre, Auxerre
. Bibliobuste / Salon de lecture, Belfort
. La Houle éditions, Bruxelles

Le salon est organisé et proposé par SEIZE MILLE, réseau art contemporain Bourgogne– Franche-Comté.

See you there! :)

École thématique, MAMC+ Saint Etienne

J’ai le plaisir de présenter une conférence au Musée d’art moderne de Saint Etienne, durant l’École thématique « Performance et archives » (que j’ai aidé à construire avec les membres du comité scientifique chargé de l’organisation : Anolga Rodionoff, Vincent Ciciliato, Catherine Dessinges, Ross Louis). Ces deux jours de conférences et ateliers sont organisés par les laboratoires MARGE (Lyon 3) et ECLLA (Université St. Etienne).
Pour cette matinée du 6 octobre 2021 seront également invités Alexandre Quoi et Laura Luise Schultz. Durant ces deux jours seront aussi présents : Kahena Sanaâ, Ross Louis, Simone Felhinger, Carole Nosella, Vincent Ciciliato, Pascaline Morincôme, Nicolas Fourgeaud, John Greyson & Ryan Conrad.
Ma présentation reviendra sur différents travaux que j’ai effectué, au fil des ans, autour des archives et leur changement face au flux du réseau. Je mentionnerai par ailleurs les travaux de Caroline Delieutraz, Tyler Coburn, Claire Malrieux, artistes que j’aime particulièrement !

See you there! »

Quelques nouvelles de ⌘+P

Depuis son lancement en novembre dernier, la maison de micro-édition ⌘+P A envoyé une quinzaine de cartes postale et quelques timbres crées par des artistes à une centaine de destinataires…
Les informations sur le site internet de ⌘+P, et quelques images dans le désordre.

⌘+P sera présente au salon des éditions d’art au FRAC Besançon qui aura lieu en octobre 2021. Vous pourrez notamment y découvrir les éphéméras d’artistes produits cet été !
Tous les renseignements sur le salon 2021 sur le site de Seize Mille d’ici quelques jours.

Asleep on the Raft, exposition à Esox Lucius

J’ai le plaisir de m’être vue confier le commissariat de la prochaine exposition à Esox Lucius, un petit centre d’art extraordinaire situé dans l’ancienne gare de Saint-Maurice-les-Châteauneufs en Saône et Loire, et re-designée par Philippe Million.. Pour cette exposition, j’ai décidé de travailler avec deux artistes (qui ne se connaissent pas) dont j’aime la pratique et la manière de procéder : Guillaume Constantin et Roxane Jean. J’ai également invité les Lectures électriques à proposer une lecture performée le jour du vernissage, qui aura lieu de 15 mai à partir de 14h30.

Ci-dessous, le texte qui présente l’exposition, et quelques photos !

Asleep on the Raft
Éloge de la douceur.

Pour l’exposition Asleep on the Raft, Esox Lucius convie deux artistes adeptes de matériaux détournés et de displays, coutumiers de typologies et combinaisons formelles audacieuses. Roxane Jean y déploie des territoires sensibles ayant trait au jardin et Guillaume Constantin explore des matériaux plus techniques choisis pour leurs qualités plastiques. La sophistication de ces deux points de vue s’additionne et joue avec humour du challenge que constitue l’espace de l’ancienne gare (re)créée par le designer Philippe Million. En assumant cet espace éminemment non neutre, les deux artistes font bugger la binarité d’une exposition à quatre mains dans deux espaces contigus.
Dessins, papiers peints sérigraphiés, sweat-shirts, matériaux trouvés, impressions 3D et céramiques se glissent parmi les nombreux interstices de la galerie. La stratification, l’agencement des travaux et des références évoquent le passage d’un état à l’autre, un curieux « entre deux eaux ». L’ancienne salle d’attente redevient un lieu de départ vers de multiples destinations. La gare se peuple d’objets et productions virtuels et matériels, fabriqués et trouvés, où le corps se trouve convoqué quasi continuellement : incarné littéralement par les fragments de mains et visages polychromes imprimés numériquement, suggéré par la présence de sweat-shirts drapés de motifs marins ou coquillages combinés par Guillaume Constantin. Ceux-ci tantôt se téléscopent, tantôt dialoguent au plus près du corpus coloré et des empreintes gestuelles de Roxane Jean qui prend en charge le monde terrestre : aplats chlorophyllés, motifs floraux, jungles de traits. En bordure de champs, quelques carottes sauvages, infra-ordinaire botanique, nuages de pétales sur lesquelles se pose une toute petite fleur colorée, trompe l’œil d’un insecte imaginaire venant les butiner…
Corps et corpus jouent ici à cache-cache. Matérialisations, typologies et détournements via fichiers open source se superposent à un répertoire végétal proliférant et rythmé, tracé sur les supports plans. Roxane Jean propose une herborisation sentimentale ou ironique : ses plantes pratiquent des stratégies de séduction, prennent plus ou moins de place, s’affirment ou restent en retrait. Et les mains en impression 3D de Guillaume Constantin de cueillir ou recueillir, de se tendre vers le vide et de ponctuer l’espace comme des virgules anatomiques.
L’impression générale dégage en deuxième lecture une (inquiétante) étrangeté qui trouve écho dans le titre de l’exposition. En-tête de chapitre d’un roman de Mark Twain*, cette phrase énigmatique évoque une personne assoupie sur un radeau, dérivant dans la brume.
Mais qui dort  – ou bien est-ce un rêve éveillé ? Quel est ce radeau sans pilote conscient ? Ce vaisseau qui nous transporte, n’est-ce pas notre corps même ?
Morbide ? Seulement de cette morbidité à l’italienne qui signifie harmonieuse et délicate, que l’on emploie pour parler d’un biscuit, l’Amaretti morbidi … Morbide ? Non pas, quand on se réfère à la racine latine de ce mot pour qualifier ce qui est moelleux. Tendre. Doux.

Julie Morel, commissaire de l’exposition

*Asleep on the Raft, Chapitre 15 de Huckleberry Finn (1884).

L’exposition est visible jusqu’au 20 juillet 2021.
Esox Lucius,
La gare – le quai (294M9)
71740 Saint-Maurice-lès-Chateauneuf

Dans le cadre de l’exposition proposée par Julie Morel « Asleep on the Raft » les lectures électriques rassembleront les textes d’Emanuele Coccia, Donna Harraway, Diane Scott, Anne Dufourmantelle, Starhawk, Marielle Macé, Gilles Clément ou encore Alain Damasio. Le corpus traversé pour cette édition des lectures électriques mettra en avant les sensibilités troublées et troublantes des métamorphoses du vivant et des cohabitations disparates que nous vivons ou pourrions vivre. 
Science-fiction, poésie et essais seront mis en résonance faisant apparaitre un monde entre deux eaux où l’homme, son environnement et la possibilité de rêverie qui les traversent viennent se mêler de manière critique et émancipatrice.

⌘+P, maison de micro-éditions d’artistes

Carte © Roxane Jean.

J’enseigne depuis cette année les « pratiques éditoriales et cultures numériques » à l’Ecole supérieure d’art et de design de Tours !
En novembre, quelques jours après mon arrivée à l’ESAD, nous avons été reconfiné ; mes expositions à venir en 2021 ont été soit repoussée (Galerie de l’UQAM, Montréal) soit annulée (Hilliard Museum, Lafayette, USA) et ma présence à l’école a été divisée par deux. Bref, la circulation, qu’elle soit humaine ou de pièces artistiques est à nouveau limitée, ralentie ou interdite. Les artistes plasticiens, les espaces d’expositions et institutions liés aux arts plastiques sont à nouveau touchés par les conséquences du Covid, lui-même conséquence d’une crise écologique mondiale toujours plus présente…

Ma pratique artistique a souvent été à la marge de l’exposition, (internet, éditions, ateliers, performances) et les moyens de mettre en relation un public et les arts visuels sont pluriels. Ainsi, dans le cadre de ce nouveau cours, j’ai décidé de créer une petite maison de micro-éditions : ⌘+P (prononcer « Control P »).
L’idée est de développer un dispositif simple dans un contexte de pandémie pour continuer à faire circuler la création d’artistes et mettre en présence une œuvre et un public : un réseau de diffusion, un « écosystème des simples ».
⌘+P s’attache à des formes artistiques légères et rapides : la carte postale et le timbre. Dessins, collages, impressions en sérigraphie, gravure ou riso, fabrication numérique ou encore cartes postales graphiques ou conceptuelles ne sont que quelques exemples des possibles sur un support de 10,5 x 15 cm ou de 2,35 x 3,35 cm.
Côté fonctionnement, ⌘+P invite tous les quinze jours une ou un artiste à créer une carte ou un timbre en cohérence avec son travail. Le tirage est limité à 100 exemplaires, l’artiste reçoit 50 cartes et ⌘+P envoie une carte à 50 personnes.
Le projet a été inauguré la semaine dernière avec une première carte de Guillaume Constantin associée à un timbre de Roxane Jean, deux artistes avec qui je travaille (commissariat) à une exposition pour avril 2021. D’autres créations d’artistes sont déjà prévues, parmi eux Julie C. Fortier, Manon Bellet, Eric Tabuchi & Nelly Monnier… mais encore quelques autres artistes et/ou graphistes à venir !

Vous trouverez les informations sur le projet et images des premières cartes postales et timbres sur le site internet : 
http://incident.net/ctrlp/

Si vous souhaitez soutenir cette initiative et recevoir chez vous des réalisations d’artistes invités chez vous pendant un an, il y a plusieurs moyens !
> Un financement participatif a lieu jusqu’à la fin janvier :
Visitez l’espace Kisskissbankbank !
> Vous pouvez également soutenir le projet à long terme (un an ou plus) en devenant mécène :
Visitez l’espace dédié sur Patreon !

Timbre et carte © Guillaume Constantin et Roxane Jean.

A bientôt en ligne ou dans votre boite aux lettres ! :)