Archive mensuelles: novembre 2014

Glenn Kaino – Tank, Prospect 3 New Orleans

Cette semaine, semaine de Thanks Giving, un peu de relâchement sur le travail (tout le monde est en vacance), et j’en profite pour voir les expositions de la Biennale que je n’avais pas encore pu voir.
Au musée d’art contemporain, au détour d’une salle, rencontre inattendue avec le travail de Glenn Kaino, accompagnée du léger glou-glou qui rythme le silence. Une pièce incroyable, gaie, sereine et absorbante. On pourrait y rester des heures, j’y suis revenue plusieurs fois pour admirer la fragilité des coraux sur leurs différents « socles », en métal, ciment, verre…
Difficile de prendre des photos qui soient réalistes dans les couleurs et dans l’ambiance, les lampes pour maintenir les coraux en vie étant difficile à dompter.

expo1 expo4 expo5 expo2 expo3 expo6 expo8 expo9 expo

Cette fin de semaine sera plus douce et partagée : hier direction l’étrange bar à saké Yuki Izakaya de Frenchman Street (la rue des clubs de jazz), avec Joëlle arrivée hier, pour écouter Hildegarde, aujourd’hui journée de construction des chars de mardi-gras pour krewe delusion avec Ross, et ce soir soirée à Candlelight, le célèbre speakeasy de Tremé et demain, la 2nd line « Lady Buckjumpers & Men Buckjumpers Annual Parade » et un concert de Cédric Burnside à Tipitina’s avec Joëlle et KEvin.
Laissez les bons temps rouler…

NOLA, mon quartier à vélo

nola1
Entre la maison et City Park (qui habrite la musée de NOLA, le jardin botanique, le jardin des sculptures et le parc), se trouve un bras du bayou St John. Un peu plus loin, c’est la ferme de Grow dat youth
À 2mn de là, le bayou fait un bras en direction du downtown, et on passe devant l’une des plus vieilles maisons de la Nouvelle-Orléans : la maison Pitot, une bâtisse de style caraïbe/créole construite fin 18ème. Une plantation ancienne comme on en voit encore quelques unes en Louisiane, sauf qu’ici, on est en centre ville.

nola2 nola3
De Bayou St John, part Esplanade avenue qui me mène au vieux carré (le quartier historique) où elle se termine juste devant le Mississippi et le MINT (où se trouve « mon » neutral ground).
Du Bayou jusqu’au Mississippi, Esplanade est une ballade dans l’histoire architecturale de NOLA (y compris avec ses ratés, comme la bretelle d’autoroute I10 qui balafre les faubourgs Tremé). On y trouve en remontant les grosses maisons américaines, les « creole cottages » ou « french cabins » traditionnels avec leur porches, parfois sans pour les plus anciennes, les « Shotgun houses » aux couleurs éclatantes, les maisons types plantations, les immeubles du vieux carrés avec leurs façades ouvragées, et quelques Californians bungalows.
nola4 nola5 nola6
nola7
maison

nola8 nola9 nola10 nola11  nola13 nola12  nola16nola15
Tous les matins je parcours ce quartier à vélo, et ce que je préfère c’est voir les orangers éclatants qui égaillent les jardins, chargés de fruits, les oranges ou les satsumas qui contrastent sur le vert sombre des feuilles.
La maison de Dom, où j’habite. Et pour finir, quelques neutral grounds sur Espalande, entre la maison et le Mint. Ici la jungle n’est jamais loin…

dodo

nola17 nola19

Croisement

thnoc_immortelles

Ce matin, je me suis rendue une nouvelle fois au musée de The Historic New Orleans Collection, un des partenaires qui m’aide à mettre en place le projet Neutral Ground. Ce musée retrace l’histoire de la Nouvelle-Orléans, avec des pièces historiques incroyables. Mais cette fois ci, mon attention a été retenue par un objet que je n’avais pas vu la première fois : un travail de cheveux. Ici l’appellation est autre et vient du français : une immortelle, un mot qui met l’emphase sur la symbolique du résultat plus que sur le labeur lié au matériau. (je confirme que travailler des cheveux n’a rien de facile, mais j’aime néanmoins cette appellation qui pourrait être organique, presque un nom de fleur).

Depuis mon exposition à Bordeaux en début d’année, je fais des recherches sur ces objets. Je veux en effet mettre en œuvre un travail de cheveux de grand format pour le second volet de cette exposition (A.F.K.), qui aura lieu au printemps au Quartier centre d’art, Quimper.
Cette éruption d’un projet dans l’autre m’a fait plaisir, un clin d’œil à une recherche que j’ai du mettre entre parenthèse un temps, et qui ressurgit à un endroit où je ne m’y attendais pas.

Ici deux immortelles étaient exposés, l’un dans un cadre en verre traditionnel de ces travaux (ovale), et l’un, un peu plus grand, dans un cadre carré. Mais la Collection historique de NOLA en possède un dizaine, que j’irai consulter dès demain.

immortelle1« Ici repose mon père », 1800 –  Human hair on glass

immortelle2
St. Cyr and Lacoste Family immortelle, 1836 – Human hair, paint on ivory, wood

Inside

Dedans, au chaud : un voyage dans l’art.

gonzales
Gonzalez-Torres devant Chicago.

vija
Vija Celmins

rusha
Ed Ruscha
richter
Gerhard Richter

beuys
sunstate
On Kawara & Beuys (sun state)

cl0
cl00
cl2 cl4
cl5
cl1
Larry Bell, John Mc Cracken, Robert Irwin et Craig Kauffman… California Light.

sotoSoto

rousseau
Henri Rousseau

duchamp
Une femme artiste. Suzanne, la sœur de Marcel.

brauner
Victor Brauner.

Cornell
joseph
Joseph Cornell ❤

New Orleans

map
Plan issu des archives du Louisiana State Museum, ou j’ai commencé hier mes recherches.
Louisiana New Orleans Sheet (ref. 1986.058.003)
Date: 1890
Publisher: United States Geological Survey, George Otis Smith, Director
Place of Publication: Washington, D. C.
Map Maker: Searle, A.B., A. E. Wilson, and L.J. Battle, topographers

Avis de tempête

Ce soir une tornade se dirige vers le lac Ponchartrain et la Nouvelle Orléans. À la télé les programmes sont entrecoupés de mises à jour des avancés de l’orage et de messages d’alertes, une voix de synthèse métallique qui se superposent aux sons des émissions.

nola1

NOLA2

nola3

Project B at Prospect 3

b1
Aujourd’hui sous le bleu du ciel, sans nuage et dans une lumière éblouissante, nous nous sommes rendus avec Dom, Ross, Lisa à l’ouverture de Exhibit Be, une manifestation de la Biennale Prospect 3.
Il s’agit de l’initiative de plusieurs artistes (et en premier lieu Brandan Odums), d’investir une ancienne cité abandonnée à Algier, un des quartiers de la Nouvelle Orléans sur la rive sud du Mississippi. Cette expérimentation sans permission (il vaut mieux demander pardon que la permission !) a été découverte et a rencontré le soutien de la fondation propriétaire de la cité, ce qui a finalement permis aux artistes de travailler jusqu’à l’ouverture du site durant P.3.
Le projet se développe à la fois dehors et dedans, avec des graffitis de très grand format à l’échelle de l’architecture, mais aussi sur pleins de détails sur les façades, dans les anciens appartements du project, les vieilles moquettes, les sols défoncés, sur les dalles de béton extérieures et dans les chênes environnants.
Le bâtiment au milieu de la cour accueille des graffitis dédiés aux mouvements des droits civiques, un témoignage de la vitalité que peut encore avoir ces questionnements ici. Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire en voyant les fresques sur les murs d’un endroit qui porte le nom « De Gaulle Manor »…
Dans les bâtiments alentours, chaque artiste s’est approprié un mur ou un appartement, et avec la déférence due : les plus connus en haut, où leur travail est le mieux exposé.

b2b3b4b5 b6 b7 b9 b10 b11b8  b11eb11cb0 b0b
b12 b13 b15b16b14
b24
b27  b29b25 b28b30 b18  b21b22
b30 b31 b32 b33 b36 b34 b29 bB42b35 b37 b38

b41 b23b40 b43
b20

b11b