Misc

everything else

NOLA

cazanboudinbayou bayou2   beads beads2

Un hôtel à Mamou, une échoppe à Eunice, une cabine à New Aberia et un arbre à la Nouvelle Orléans.
Avril-mai 2015.

Year of the Goat

goat1goat2  goat3goat4
Prise à la hâte en fin de soirée, photos de la fête de lancement de l’année de la Chèvre, en musique et avec huîtres, nems et écrevisses…
On pourrait y appliquer la phrase de Pierre Dac, légèrement modifiée :
« Je songe souvent à la quantité de bœuf qu’il faudrait pour faire du bouillon avec le lac de Genève » deviendrait alors « Je songe ici à la quantité d’écrevisses qu’il faudrait pour faire du bouillon avec le lac Pontchartrain« .

20 février 2014, Mary Queen of Vietnam, près du Village de l’Est – NOLA

La vie de quartier

« Pourquoi ne pas privilégier la dispersion ? Au lieu de vivre dans un lieu unique, en cherchant vainement à s’y rassembler, pourquoi n’aurait-on pas, éparpillé dans Paris cinq ou six chambres ? J’irais dormir à Denfer, j’écrirais place Voltaire, j’écouterais de la musique place Clichy, je ferais l’amour à la poterne des peupliers, je mangerais rue de la Tombe-Issoire, je lirais près du parc monceau, etc. Est-ce plus stupide, en fin de compte, que de mettre tous les marchands de meubles faubourg Saint-Aontoine, tous les marchands de verrerie rue du Paradis, tous les tailleurs rue du Sentier, tous les juifs rue des Rosiers, tous les étudiants au quartier Latin, tous les éditeurs à Saint-Sulpice, tous les médecins dans Harley Street, tous les noirs à Haarlem ? »
Georges Perec (La vie de quartier, Espèces d’espaces).

lincoln
Lincoln Beach, 18 fev. 2015

Je vis à Paris
J’enseigne à Lorient
J’expose à Quimper
Je vois mes amis à Lyon
J’aime à la Nouvelle Orléans
Je me retrouve à Briant

La vie est belle quand elle se disperse.

Alchemy

Hier je suis allée écoutée Suzanne Treister à la Gaité Lyrique, lors d’un séminaire organisé par Média-Médium.
Très contente de pouvoir entendre parler Suzanne (avec qui j’ai eu la chance de diner ensuite!). J’ai pensé à Frédéric Bruly Boibré (un art de la cosmogonie), Ad Reinhardt (avec How to look at). Je me suis retrouvée dans ses paroles. En substance : « mon travail ne parle que du réseau, même si formellement il ne se développe plus uniquement dans cet espace ». Je me suis aussi retrouvée dans son plaisir à entretenir son site internet, à y revenir, le façonner petit à petit.
Et puis j’ai pu réellement voir la porté de ce travail immense, tant dans la réflexion sur le monde du « post-surveillance art » (un terme drôle qu’elle a inventer, en réaction au post-Internet, et qu’elle emploie pour décrire son travail : ), que dans la masse de données auquel il donne accès.
Quelques images, de la série Alchemy et Hexen 2 issues de son site internet.

Alchemy_Telegraph-11-07-07Alchemy_AsianEnqFebMar07 Alchemy_Guardian27June07  Alchemy_LondonPaper-28Jun07 Alchemy_NYTimes-5Mar2007  Alchemy_USAtoday-17July2007Alchemy_Guardian061007

Hexen2DiagAnScifi

Athènes

Kalimera9 kalimera8kalimera6 kalimera7kalimera1kalimera10kalimera4 kalimera3
kalimera11
À Athènes, Kalimera tous les jours – mais quatre jours c’est trop court.
À Athènes, les retrouvailles avec Kat, autour d’un lapin et de dolma, une fois rentrée je continuerai à penser à boubouka.
À Athènes, touristes mais retour tout triste.

cyclopcave122

bonfire

papa3

papnoel6

mb4 mb2 mb

papanoel4

10885121_10104068749894625_779883453190262026_n-1

papanoel1

papanoel9

papanoel10

papanoel3

mb5

papanoel5

mb3

papanoel0

papanoel11

papanoel12

papanoel2

papanoel

papanoel7
À 7h du soir sur la jetée du Mississippi une centaine de structures sont mises à feux en même temps pour célébrer « The arrival of Papa Noël » ; suivit d’une soirée de noël avec Gumbo au crabe et musique cajun. Gramercy, à quelques dizaines de kilomètres de la Nouvelle-Orléans.